La violence au travail admise sous condition

La violence au travail admise sous condition

VIE PRATIQUE - La justice ne considère pas un accès de violence au travail comme une faute s’il s'agit d'une réaction à une agression même non physique.

"Il ne faut pas frapper son camarade, quelles que soient les circonstances." Voici un commandement à intégrer dès la cour de récréation. En juin dernier, la Cour de cassation a jugé que dans le monde du travail, un employé auteur de coups sur un collègue pouvait être licencié pour "faute grave" sans s'arrêter aux circonstances particulières. Cette semaine, dans un nouvel arrêt, elle tempère quelque peu l’injonction à propos de l’affaire suivante.

Toute l'info sur

Vos droits

Dans une salle de réunion, les choses s’enveniment : une dispute éclate et un salarié finit par taper violemment du poing sur la table. Les autres employés présents sursautent au point qu’une femme, se trouvant à proximité, lui porte un coup sur la tête. L'entreprise licencie alors cette femme pour faute grave, sans préavis ni indemnités, en lui reprochant d'avoir participé à une scène violente bouleversant ses collègues.

Lire aussi

Pas de faute grave justifiant un licenciement

Les juges de la Cour de cassation estiment qu’il n’y a pas de motif pour une telle sanction : "Toute idée de licenciement doit être écartée lorsqu'il s'agit d'une violence commise en réaction à une autre, dans un contexte professionnel de tension psychologique et de fréquentes altercations". En l’occurrence, si vous subissez une forte pression, un moment d’égarement violent ne vous condamnera pas à un licenciement. "Il n'y a pas de faute grave justifiant un licenciement sans préavis et il n'y a même pas non plus de cause réelle et sérieuse de licenciement avec préavis", précisent les juges.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : près de 60.000 nouveaux cas en 24 heures, record de la 5e vague

Si je ne fais pas ma 3e dose à temps, faut-il que je me refasse intégralement vacciné ? Le 20H vous répond

EN DIRECT - Immeuble effondré à Sanary : "Le temps joue contre nous", prévient le chef des pompiers du Var

"Koh-Lanta" : ce sont Ugo, Claude et Laurent qui s’affronteront sur les poteaux en finale

VIDÉO - Explosion à Sanary-sur-Mer : l'émotion des amis de la victime et des personnes toujours recherchées

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.