Écoles fermées : comment les salariés peuvent-ils s'organiser ?

Écoles fermées : comment les salariés peuvent-ils s'organiser ?

REPORTAGE - La fermeture des écoles est à la fois un casse-tête pour les familles mais aussi pour les entreprises. Comment les salariés peuvent-ils s'organiser, bénéficier du chômage partiel pour garder leurs enfants ?

Comme dans plusieurs entreprises, le casse-tête commence pour le directeur des ressources humaines. La société où Marc Gommez travaille produit du café et la plupart de ses salariés ne peuvent pas être en télétravail. Pourtant, beaucoup ont des enfants dont l'école fermera la semaine prochaine. Certains en ont fait les demandes très tôt ce jeudi matin. Ils seront en congé toute la semaine prochaine. Mais pour celles qui suivront, c'est le flou. C'est notamment le cas de Paul qui ne sait pas encore qui gardera sa fille de neuf ans. "Il faut voir auprès des mairies et des communes s'ils sont prêts à accueillir les enfants ou pas", précise-t-il.

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Poser des congés, c'est la seule solution pour des centaines de milliers de parents. Pourtant, les employeurs ne sont pas obligés d'accepter ces demandes. Dans une entreprise de préparation de repas pour personnes âgées, les salariés seront placés au chômage partiel. "Il faudra qu'on trouve des livreurs intérimaires ou en CDD pour assurer", précise Laurent Alvarez, le directeur. Une nouvelle organisation s'impose pour trois semaines minimum, durant la durée de fermeture des écoles.

Des parents qui ne peuvent pas télétravailler à ceux qui estiment ne plus pouvoir

Autrement, la règle ne change pas. Depuis fin octobre, le protocole national en entreprise prévoit que pour les salariés qui peuvent effectuer l'ensemble de leurs tâches à distance, "le temps de travail effectué en télétravail est porté à 100%". Depuis janvier, s'est ajoutée la possibilité de revenir un jour par semaine s'ils le souhaitent, une "soupape" maintenue. Les salariés, parents d'enfants de moins de 16 ans, qui exercent un métier non télétravaillable peuvent demander à bénéficier du chômage partiel, dont les taux de prise en charge ont été prolongés jusqu’à fin avril. Ces règles prévoient le maintien de l'indemnité à 84% du salaire net pour les salariés. Le reste à charge sera nul pour l'employeur et non de 15%.

Lire aussi

Quid des parents qui estiment ne plus pouvoir télétravailler ? Même si leur poste est télétravaillable, les salariés qui estiment être dans l'incapacité de télétravailler parce qu'ils ont par exemple des enfants en bas âge non autonomes pourront demander à bénéficier de l'activité partielle pour garder leur enfant. Ce sera possible "s'ils sont parents d'un enfant de moins de 16 ans ou d'un enfant en situation de handicap sans limite d'âge", indique le ministère du Travail. La règle s'applique à partir d'un enfant et se base sur du déclaratif : le salarié "devra remettre à son employeur une attestation sur l'honneur indiquant qu'il est le seul des deux parents demandant à bénéficier de l'activité partielle au motif de la garde d'enfant". Les salariés bénéficieront alors d'une indemnisation à hauteur de 84% de leur rémunération nette ou de 100% pour les salariés au Smic, avec zéro reste à charge pour les employeurs.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

Déconfinement : les pistes du gouvernement

La comédienne britannique Helen McCrory ("Harry Potter", "Peaky Blinders") est décédée à l’âge de 52 ans

EN DIRECT - Funérailles du prince Philip : une minute de silence observée dans tout le Royaume-Uni

Lire et commenter