Ils changent de métier en attendant des jours meilleurs

Ils changent de métier en attendant des jours meilleurs

Ils aimaient leurs métiers, mais la crise sanitaire a tout balayé. Pour s'en sortir, Didier, Marie-Noëlle et Romain ont été obligés de trouver un travail.

Didier Clause était restaurateur à Besançon, mais aujourd'hui, il fait les trois-huit dans une usine d'emballages. Son établissement est fermé depuis fin octobre. Les 1 500 euros d'aide qu'il reçoit chaque mois ne couvrent pas ses charges fixes. En attendant la réouverture des restaurants, il travaille en intérim la nuit. "Tu vas au charbon, t'as pas le choix". La dernière fois qu'il a mis les pieds à l'usine, c'était il y a 25 ans lorsqu'il était étudiant.

Toute l'info sur

Le 20h

Comme Didier, Marie-Noëlle Thomas a peu de chance de reprendre rapidement son métier de guide-conférencière. Sa carrière s'est brutalement interrompue le 11 mars dernier et son statut d'indépendant ne lui permet pas de prétendre aux aides. À 58 ans, elle doit donc d'urgence trouver un emploi, ce sera gardienne de parc en temps partiel payé 900 euros par mois. "Après les trois mois d'angoisse, j'étais très heureuse de déconfiner ici". Son espoir, être renouvelée au moins jusqu'à la reprise de l'activité touristique.

Romain Courcelle, lui, ne souhaite pas forcément revenir à son ancien métier dans l'événementiel. Depuis neuf mois, il répare des piscines. Un métier qu'il avait déjà exercé il y a une dizaine d'années. Aujourd'hui, il a une centaine de clients, son carnet de commandes ne désemplit pas et surtout, il gagne beaucoup mieux sa vie. "C'est une très bonne surprise, quand on aime travailler, ça paie". C'est sûr qu'après la crise, il continuera cette activité.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : à peine adopté, le pass vaccinal déjà obsolète face à Omicron ?

EN DIRECT - Covid-19 : 298 décès en 24h, le nombre de cas en hausse

Variant Omicron : le vaccin favorise-t-il l'infection au Covid via des "anticorps facilitants" ?

Un patient atteint de pneumothorax s'est-il vu refuser le droit d'être opéré parce qu'il était non-vacciné ?

Faut-il que je paye le raccordement à la fibre de mon domicile ? Le 20H vous répond

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.