La coiffure séduit les apprentis

La coiffure séduit les apprentis

REPORTAGE - L'apprentissage se porte très bien en France. Parmi les secteurs préférés, il y a l'artisanat, notamment la boulangerie et la coiffure.

Il s'était vu serveur, puis maçon. Finalement, pas d'enduit, mais des soins. À 25 ans, Raphaël a un CAP Métiers de la coiffure et entame son brevet professionnel. "Ce qui me plaît, c'est tout ce qui est côté artistique", confie-t-il. "Ce qui est sympa aussi, c'est qu'on peut commencer comme stagiaire, ensuite on a notre poste de travail, ensuite on peut être manager d'équipe", rajoute-t-il. Mais d'ici-là, il faut encore apprendre le bon ton, les bons gestes. Comme lui, ils sont près de 16.000 jeunes chaque année en apprentissage dans la coiffure.

Toute l'info sur

Le 13H

Emma Mounaev, elle, est en première année de brevet de maîtrise et sa place semble être de plus en plus convoitée. Il y a cinq ans, les salons de coiffure recevaient trois candidatures par semaine. Aujourd'hui, cinq à six personnes par semaine déposent un CV et une lettre de motivation. Pourtant, le métier est dur : debout de 9h à 19h, du mardi au samedi, toujours prévenant et toujours accueillant. En moyenne, six mois après leur diplôme, six apprentis sur dix ont trouvé un emploi.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - Interview d’Eric Zemmour sur LCI : retrouvez nos vérifications

Éric Zemmour est l'invité de Ruth Elkrief sur LCI ce lundi 27 septembre à 20h35

Grippe, gastro, angine et rhume de retour : bonne ou mauvaise nouvelle sur le front du Covid ?

Eric Zemmour sur LCI : les déclarations du polémiste que nous avons déjà vérifiées

EN DIRECT - Présidentielle 2022 : Hervé Morin "se désole" du choix de LR d'abandonner la primaire

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.