Recrutement de 15.000 jeunes chez Carrefour : la stratégie du groupe pour se renouveler

Carrefour, l'un des premiers employeurs privés de l'Hexagone, a annoncé la future embauche de 15 000 jeunes en 2021. Est-ce une bonne idée ? Quels sont les métiers concernés et les profils les plus recherchés ?

BONNE NOUVELLE - Le PDG du groupe au logo bleu et rouge, Alexandre Bompard, annonce un vaste plan d'embauche "en CDI ou en alternance". La moitié de ces emplois sera destinée aux jeunes issus des quartiers populaires.

"On ne peut pas rester les bras croisés, on est le premier employeur privé de France." La voix est claire et le ton est rapidement donné. Alexandre Bompard, PDG de Carrefour a dévoilé un nouveau plan d'embauche ce mardi 8 décembre, sur RTL. L'objectif ? Venir en aide à "la génération Covid-19". L'homme d'affaire de 48 ans a affirmé qu'il allait recruter, en 2021, 15.000 jeunes en CDI ou en alternance. "C'est d'ailleurs 50% de plus qu'en année normale", a-t-il ajouté. Cette nouvelle pourrait intéresser une partie des Français au vu du nombre de personnes actuellement sans emploi. 

Toute l'info sur

Coronavirus : l'impact économique de la pandémie

Au total, 21% des jeunes sont au chômage et chaque année, près de 750.000 jeunes arrivent sur le marché de l'emploi, particulièrement fragilisé en 2020 par la crise sanitaire ayant entraîné une crise économique. "Mais attention on ne parle pas de créations d'emploi, Carrefour ne va pas embaucher au-delà de ce dont il a besoin", tempère Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution joint par nos soins.

C'est la première fois que l'on observe de la discrimination positive au sein des grandes surfaces- Olivier Dauvers, spécialiste de la grande distribution

Selon l'expert, la grande nouveauté est ailleurs. Si Alexandre Bompard décide de "tendre la main à la jeunesse", le discours de celui qui a pris les rênes de Carrefour en 2017 est en réalité très ciblé puisqu'il souhaite que la moitié des nouvelles embauches provienne des quartiers défavorisés en particulier "les quartiers de la politique de la ville".

"C'est la première fois que l'on observe de la discrimination positive au sein des grandes surfaces", commente Olivier Dauvers. Pour l'instant, aucune autre enseigne appartenant au secteur de la grande distribution n'a tenu un discours similaire. Parmi les mesures annoncées : le patron de Carrefour propose également de "financer le permis de conduire de chaque jeune en apprentissage" dans le groupe à hauteur de "500 euros". 

Pour aller vers cette jeunesse, la stratégie du groupe français change. Quitte à s'y prendre dès le plus jeune âge. L'entreprise va  tenter d'approcher les collégiens dès la 3e, en leur proposant dès l'année prochaine 3000 stages pour les quartiers populaires - si l'évolution de la pandémie le permet. 

Redresser la barre après quelques turbulences

Comment expliquer la nouvelle stratégie de Carrefour ? "Comme la plupart des grandes boites, le groupe tente de concilier deux aspects importants : la solidité économique et des objectifs plus sociétaux" répond Olivier Dauvers. Selon lui, les enseignes de grande distribution n'ont pas d'autres choix : elles doivent intégrer cette dimension sociale pour accentuer leur présence dans la société. "C'est aussi une question d'image", constate-t-il. 

Cette volonté d'introduire de la discrimination positive s'inscrit dans une dynamique de changement au sein du groupe au logo bleu et rouge. En novembre dernier, Carrefour avait révélé la reprise du spécialiste Bio C Bon - et de son millier de salariés - affichant son envie de se diversifier à l'instar de ses concurrents.  L'objectif est ainsi de redresser la barre alors que l'enseigne connait quelques turbulences depuis quelques années. "Depuis quatre ou cinq ans, Carrefour se retrouve en difficulté économique. Le chiffre d'affaires baisse ou, dans le meilleur des cas, stagne", décrypte Olivier Dauvers. 

C'est l'un des derniers secteurs d'ascenseur social- Alexandre Bompard, PDG de Carrefour

Mais derrière cette annonce choc, il y a aussi une autre réalité. En attirant des jeunes des quartiers défavorisés, le groupe Carrefour tenterait-il de pallier le manque d'attractivité dans le secteur ? "Il faut reconnaître qu'il existe actuellement très peu d'attrait pour les métiers au sein de la grande distribution. Ce sont des horaires très contraignants et le rythme est difficile", admet Olivier Dauvers. 

Lire aussi

Un métier dur mais qui peut faire office de véritable tremplin pour les jeunes. "On peut parler d'un ascenseur promotionnel", reprend l'expert. Un argument que n'a pas manqué de rappeler Alexandre Bompard sur RTL : "L'égalité des chances, ce n'est pas seulement 'je rentre dans l'entreprise', c'est aussi 'je progresse dans l'entreprise'." Afin de donner envie aux jeunes d'entamer une nouvelle carrière chez Carrefour, le PDG abat ses dernières cartes : "C'est l'un des derniers secteurs d'ascenseur social, c'est un des seuls secteurs ou vous pouvez commencer sur le terrain et finir directeur de magasin en dirigeant 500 personnes et en gérant plus de 100 millions d'euros."

Découvrez le podcast Impact Positif

Écoutez le podcast sur votre plateforme d’écoute préférée

Sur APPLE PODCAST 

Sur SPOTIFY 

Sur DEEZER 

Toutes les deux semaines, le podcast Impact Positif part à la rencontre de ceux qui veulent avoir un impact positif sur la société et sur le monde. Et qui, face à l'urgence climatique, aux enjeux de société, à un futur parfois incertain, ont décidé de mettre en œuvre des projets concrets pour changer la société et le monde.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : Pfizer assure que l'UE sera livrée comme prévu au premier trimestre, selon Ursula von der Leyen

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter